25 Août

Sous le heaume

Sous le heaume de Guillaume
Puissance au cœur d’empathie
Pulse et bat
Se débat pour ne pas se battre
Sous le heaume de Guillaume
Je suis l’Homme

Je suis beau et je suis fort
Dans l’instant explicite
Je suis la Rome de mes errements
Qui cessent à l’instant
Où gronde le volcan

Quand les fumerolles se déploient
Au-dessus de la jungle de Lombok
Aussi loin que s’étendent mes horizons
Je suis le Musicien
Et mon nom résonne
Au cœur de toute chose

L’empathie fait l’homme
Le Bois fait les maisons
Je suis Celui-qui-nourrit
Lorsqu’aux matins ensommeillés
Je prépare le manger
De Lena ma Fille

Et de Louan mon Fils
Et plus tard dans la journée
Je sais qu’ils mangent mes pensées
Et je suis un peu plus en vie
De ce qui fut et qui devient Eux

Je suis Celui-qui-Construit
Dans la maison il y a le lit
Et la cuisine qui est le foyer

Je fais le deuil des roudoudous
Et de la canne fraiche
Qui ont été mon enfance
Je fais le deuil des poulardes demi-deuil
Qui ne seront peut-être
Jamais à ma portée

Au cœur de l’instant
Pulse et vibre et se bat
L’exaltation d’être Moi

Je suis Guillaume-Fort-Vivant
Ma trace est délicate
Ma tâche est incertaine
À l’ordre implicite manque un mode d’emploi
Quand je m’écarte

Au centre pourtant
L’Orange rayonne
Se dilate et foisonne
Et Rostropovitch l’unique
Me rappelle que sous le heaume de Guillaume
Je suis l’Unique qui me vit